Tout savoir sur le taux immobilier

De nos jours, rares sont les particuliers ou les entreprises capables d’acquérir un bien immobilier en payant comptant. Et quand bien même cela serait possible, la grande majorité préférera avoir recours à un prêt immobilier sur lequel ils paieront des intérêts calculés sur la base d’un taux : le taux de crédit immobilier. Trouver ici tout ce que vous devez savoir sur le taux immobilier, ses différentes formes et comment avoir le meilleur taux possible.

Les types de taux de prêts immobilier

À la souscription pour un crédit immobilier, les formules de remboursement peuvent varier du paiement in fine, aux paiements évolutifs (progressif ou dégressif). Quel que soit le cas, l’emprunteur sera soumis au paiement d’intérêts calculés à partir des mensualités et d’un taux de crédit immobilier.

Le taux immobilier peut être fixe, révisable, ou encore dit « zéro ».

  • Le taux de crédit immobilier fixe : ce taux est déterminé à la souscription du crédit et reste identique jusqu’au dernier remboursement (sauf en cas de remboursement anticipé.
  • Le taux de prêt immobilier révisable : dans ce cas, le taux immobilier varie en fonction des marchés financiers. Les plus couramment utilisés en Europe sont l’Eonia et l’Euribor. L’évolution positive/négative de ce taux aura pour conséquence de majorer/minorer l’échéance et de majorer/minorer la durée résiduelle de l’emprunt.
  • Le taux « zéro » (prêt à taux zéro) : le remboursement se fait à un taux nul, c’est-à-dire sans intérêt, mais ce type de prêt est toujours accompagné d’un prêt plus conventionnel et la partie soumise au taux immobilier zéro, est considéré comme un apport personnel de l’emprunteur.

 

Évolution des taux immobiliers dans le temps

Avant d’évoquer ce paramètre, il est nécessaire de préciser que la durée du prêt est l’un des déterminants du taux de crédit immobilier. Des emprunts à 7, 10, 15, 20 ans ou plus ne se feront pas avec le même taux d’intérêt. Plus la durée de l’emprunt est élevée, plus son taux de crédit immobilier l’est également.

Une étude de l’évolution du taux moyen de crédit immobilier sur une période de 25ans montre clairement une baisse de celui-ci. À plus de 9 % en 1991, le taux moyen à moins de 1,5 % (1,38 % pour l’immobilier ancien) en septembre 2016.

Malgré quelques hausses constatées sur les périodes 1993-1995 (de 7 % à presque 7,90 %), 1999-2000 (de 5 % à 5,80 %) et 2006-2008 (de 3,4 % à plus de 5 %), on peut aisément conclure de l’évolution de ce taux moyen qu’il suit une tendance baissière depuis plusieurs années.

Vers quelle banque se tourner ?

La réponse n’est pas aussi simple que la question. En effet, les taux de prêts immobiliers varient plusieurs fois au cours d’une même année. L’emprunteur se retrouve donc confronter à deux choix : faire lui-même le tour des établissements bancaires ou alors se tourner vers des courtiers en taux immobilier.

Néanmoins, une étude sommaire des taux généralement pratiqués par les banques permet de les classer par ordre décroissant de taux. Ainsi :

  • Crédit du Nord et HSBC sont connus pour leurs taux immobiliers très élevés
  • LCL, BNP, Société Générale, CIC et Crédit Agricole pratiquent des taux plus abordables que les banques citées plus haut
  • Banque Populaire et Crédit Mutuel proposent des taux relativement bas, étant des banques mutualistes
  • La Banque Postale a généralement les taux les plus intéressants, car elle cherche à fidéliser les nouveaux clients.

Les courtiers en taux immobilier

Les courtiers en taux immobiliers sont des personnes morales qui jouent le rôle d’intermédiaire entre l’acheteur du bien immobilier et son propriétaire.

La lourde tâche de trouver le meilleur taux possible leur incombera également. Avoir recours à ces entreprises est donc un gain de temps énorme.

L’inconvénient de cette démarche, mis à part les frais supplémentaires que vous paierez en commissions, sera probablement de ne pas savoir si vous n’auriez pas pu vous-même négocier un taux plus bas.

Le taux de crédit immobilier, bien que présenté de manière simpliste par les établissements bancaires, mérite une attention plus particulière de la part de celui qui souhaite s’engager dans l’acquisition d’un bien immobilier à crédit. Bien l’évaluer, faire jouer la concurrence pour l’obtenir à son plus bas niveau possible, choisir l’option la plus sécurisante pour vous (fixe, révisable…) sont quelques-uns des réflexes à avoir lorsqu’on s’apprête à s’endetter pour un bien immobilier.